Vous n’avez pas pu manquer l’info ni les superbes photos qui accompagnaient souvent les gros titres : nos côtes bretonnes ont récemment été à nouveau balayées par le vent.

 

Nous vous avions déjà parlé des grandes marées, un phénomène extraordinaire mais… prévisible. Quand les tempêtes choisissent de caler leur emploi du temps sur celui de ces fameuses marées, mieux vaut se mettre à l’abri !

C’est quoi une tempête ?

Techniquement, c’est un phénomène météorologique et plus précisément, une dépression atmosphérique qui crée des vents supérieurs à 90 km/h. Soit un vent de force 10 sur la fameuse échelle de Beaufort.

N’en déplaise aux esprits critiques, les évolutions de la technologie et du traitement des données permettent aujourd’hui de prévoir plus finement ce type de phénomènes. Le principal intérêt ? Pouvoir diffuser les fameuses cartes de vigilance et surtout, conseiller les habitants d’une région en fonction de cette carte. Inutile d’aller braver les éléments envers et contre tout ! 

Chaque tempête, chaque grande marée provoque son lot d’incidents plus ou moins graves. Certains ne sont dus qu’à l’imprudence, et logiquement, ne devraient plus arriver aujourd’hui.

En Bretagne, la tempête de 1987 

On vous parlait de vigilance, c’était une des leçons apprises suites à la tempête de 1987, année durant laquelle la Bretagne (mais aussi le Cotentin et la Grande-Bretagne) fut touchée par une tempête exceptionnelle.

Dans cette catastrophe, la Bretagne a bénéficié de deux chances : d’abord le coefficient de marée était faible, sans quoi les dégâts auraient pu être encore plus importants. Quand on sait que les vagues ont atteint 16m à Ouessant

Ensuite la tempête s’est déroulée pendant la nuit, ce qui a sans doute évité des pertes humaines supplémentaires. Les forêts bretonnes n’ont quant à elles pas été épargnées par la nuit, la tempête en a détruit le 1/4.

Des années plus tard, cet épisode reste très présent dans la mémoire des Bretons !