Un été en Bretagne

Vous êtes nombreux à faire ce projet chaque année : passer l’été en Bretagne. Vous vous moquez peut-être gentiment de son climat incertain mais… vous revenez toujours! Parce qu’un été à la mode bretonne, ça ressemble à ça…


Un climat océanique et doux

Vous vous rappelez certainement des cours de géographie du collège : sur la carte de France, vous avez colorié les zones méditerranéenne, semi-continentale, montagnarde et puis, forcément, avec autant de kilomètres de côtes… Le climat océanique, celui de la Bretagne. Sans compter les nombreux micro-climats dont vous avez forcément entendu parler pour peu que vous comptiez des Bretons dans votre entourage…

Plus concrètement, voici quelques tendances concernant le dernier été breton qui feront taire les mauvaises langues. Certes, l’été 2014 a connu plus de précipitations que la moyenne de référence (basée sur les années de 1981 à 2001) mais c’était le cas de la France entière et la Bretagne tire même son épingle du jeu sur la partie «ensoleillement » : seule la façade ouest a bénéficié d’un ensoleillement supérieur à la moyenne. Oui parce qu’en Bretagne, il pleut parfois, mais ça ne dure jamais longtemps et c’est ce qui donne de jolis ciels à longueur d’été !

La foule, à petites doses

Région touristique, la Bretagne voit sa population augmenter considérablement durant la belle saison. C’est notamment frappant pour les îles : Belle-Île passe ainsi d’une population de 5200 habitants… à 40 000 pendant l’été.

Mais si de nombreux sites sont plébiscités par les touristes tout au long de l’été ou plus ponctuellement (festivals, fêtes…), la Bretagne offre toujours la possibilité à ses visiteurs de dénicher une plage au calme, quasi-déserte pour certaines. En somme : eau turquoise, sable fin et tranquillité !

Un été gourmand

Enfin la gastronomie bretonne est une des meilleures raisons de venir planter sa tente ou de louer une maison dans la région. Les crêpes et galettes restent la valeur sûre par excellence et c’est bien normal : plutôt économiques, elles savent s’adapter à tous les goûts et peuvent se déguster sur le pouce. Les fruits de mer ont aussi toute leur place sur la carte de votre été et honnêtement, est-ce qu’ils ne sont pas meilleurs dégustés au soleil face à la mer plutôt qu’en plein hiver ? 

Pour les gourmandises, vous aurez le choix : en dehors des crêpes, le fameux kouign amann laisse d’impérissables souvenirs… Quand aux Traou Mad et aux Galettes de Pont-Aven, si vous craignez de ne plus pouvoir vous en passer de retour à la maison… Vous pourrez les commander dans notre boutique en ligne !

Recette : mousse de framboises et Galettes de Pont-Aven

Le mois de juin, c’est l’arrivée des fruits rouges et des premières tartes aux fraises et aux framboises, autant dire une période que nous sommes nombreux à attendre avec impatience ! Pour varier les plaisirs, Traou Mad vous propose aujourd’hui une recette simple à réaliser qui fait la part belle aux framboises… et aux Galettes de Pont-Aven.

On vous l’a déjà dit mais en voici une nouvelle preuve : une boîte de Traou Mad ou de Galettes de Pont-Aven dans vos placards peut transformer vos classiques en leur apportant une touche de gourmandise supplémentaire  !

La recette du dessert de framboises et Galettes de Pont-Aven

Pas de cuisson pour cette gourmandise que vous pouvez proposer en dessert mais aussi en café gourmand ou pour le brunch. Cerise sur le gâteau (ou presque), vous pourrez aussi profiter de cette recette une fois la saison passée… avec les framboises que vous aurez congelées !

NOMBRE DE PERSONNES : 4 

TYPE DE PLATS : desserts

PRÉPARATION : 20 min

Ingrédients pour quatre belles verrines 

  • 130 g de framboises 
  • 20 g de sucre glace 
  • 1 cuil. à soupe de jus de citron 
  • 8 Galettes de Pont-Aven®
  • 20 cl de coulis
  • 20 cl de crème liquide
  • 50 g de sucre glace

Commencez par laver les framboises et déposez-les dans un mixeur. Versez le jus de citron et le sucre. 

Mixez et gardez au frais pendant 20 min.

Écrasez les Galettes de Pont-Aven.

Pour la crème fouettée : versez la crème dans un saladier et fouettez énergiquement. Lorsqu’elle commence à épaissir, ajoutez le sucre glace. Fouettez de nouveau jusqu’à ce que la crème tienne aux branches du fouet.

Incorporez délicatement le coulis de framboises à la crème fouettée.

Pour dresser, disposez dans des verrines ou de jolis pots transparents une couche de crème de framboises. Lissez la surface, versez le coulis et terminez au moment de servir par une couche de Galettes de Pont-Aven écrasées. C’est prêt ! 

Les conseils Traou Mad

  • Pour écraser les Galettes de Pont-Aven proprement, mettez les dans un sac congélation et utilisez un rouleau à pâtisserie.
  • Pour le coulis, vous pouvez opter pour un coulis de framboises mais aussi pour une association avec la fraise ou… le caramel au beurre salé ?

La crème fouettée ne se conserve pas longtemps au frais mais elle est rapide à réaliser si vous utilisez un fouet électrique : cette mousse de framboises peut donc jouer les desserts improvisés sans trop de difficultés ! Un shopping gourmand express et c’est parti…

La Bretagne en couleurs : les hortensias

Une région à deviner en trois mots : « Granit, Traou Mad et hortensias ».

Vous avez déjà la réponse, nous n’en doutons pas une seconde ! L’hortensia, cette plante horticole blanche, rose ou bleue, est en effet un incontournable des cartes postales et des jardins bretons. 

De l’océan Indien à la Bretagne


Son nom savant, c’est Hydrangea macrophylla : on doit sa découverte (et son nom) à Philibert Commerson, un naturaliste voyageur qui croisa cette espèce en 1771, tandis qu’il passait la fin de sa vie, non pas en Bretagne, mais aux Mascareignes. Ce joli mot ne vous dit rien ? C’est en réalité le nom méconnu de l’archipel formé par La Réunion, L’Île Maurice et Rodrigues.

Vers 1790, Sir Joseph Banks introduit ensuite les premiers hortensias de Chine dans un jardin anglais. Dans le monde, on dénombre aujourd’hui environ 73 espèces d’Hortensias, principalement réparties en Asie Orientale. Cette plante n’est donc pas instinctivement associée à la Bretagne partout sur notre planète !

Quant à sa symbolique, les opposants au nucléaire après la catastrophe de Fukushima ont pris l’hortensia comme symbole de leur lutte. Au Japon, l’hortensia est en effet une fleur traditionnelle qui s’épanouit au printemps et porte les espoirs d’une nouvelle saison lumineuse.

Les hortensias, côté pratique


Vous avez déjà entendu parler de jardiniers du dimanche se désespérant de voir tous leurs hortensias bleus tourner au rose ? Cette transformation est en fait due à la composition du sol : une terre qui manque d’acidité ne fixe pas le bleu des hortensias.

On peut cependant pallier le problème en ajoutant de l’alun à la terre du jardin et en poursuivant l’apport via l’arrosage au fil du temps… En réalité, les hortensias bleus sont des hortensias roses dont le pigment, combiné à l’acidité du sol, « vire » au bleu : un hortensia rose pâle peut donc devenir un hortensia bleu pâle et un hortensia rouge deviendra violet.

Peu importe sa couleur, l’hortensia s’apprête à revêtir sa tenue d’été pour fleurir les jardins de Bretagne jusqu’en septembre alors... profitons-en !

- page 1 de 64